L’UE cherche à maintenir en vie le Partenariat oriental face à une Russie plus agressive

Europe

L’Union européenne tente de maintenir en vie le Partenariat oriental. Les dirigeants européens retrouvaient mercredi à Bruxelles leurs homologues d’Ukraine, de Géorgie, de Moldavie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan.

L’objectif initial était de ranimer les liens entre les partenaires mais les tensions avec la Russie se sont invitées à la table des discussions. Désormais les pays d’Europe orientale et du Caucase du Sud attendent des assurances face à toute tentative d’agression russe.

Le président ukrainien réclame la mise en œuvre de sanctions contre Moscou. « Nous avons expliqué à nos collègues européens que pour nous il est important d’avoir des sanctions en amont plutôt qu’après le début d’un conflit car de cette façon l’escalade n’a pas lieu« , insiste Volodymyr Zelensky.

Plusieurs rencontres bilatérales ont eu lieu avant le début formel du sommet en particulier avec le président ukrainien. La Russie rassemble en effet des troupes le long de sa frontière avec l’Ukraine et les 27 veulent montrer leur solidarité avec Kiev.

Mais cette réunion démontre aussi le succès limité de cette association politique et économique. La Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie veulent devenir membre de l’UE. Mais une telle adhésion semble peu probable car Moscou considère la région comme son pré carré et veut protéger ses intérêts militaires.

Le sommet compte un absent. Le dirigeant bélarusse, Alexandre Loukachenko, a décidé au mois de juin de suspendre sa participation au Partenariat oriental.

 

euronews

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *