Des chercheurs de l’université de Debrecen travaillent à la mise au point d’un système de détection des fausses nouvelles

Université

Les linguistes et les informaticiens de l’Université de Szeged travaillent à l’élaboration d’un système humain et automatique de reconnaissance des fausses nouvelles- la direction des relations publiques de l’établissement d’enseignement supérieur a informé MTI.

Selon l’annonce, les chercheurs du Département de linguistique générale de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université de Szeged étudient depuis des années le problème de la manipulation dans diverses formes d’utilisation du langage.

Citant l’académicien T. Enikő Németh, ils ont écrit : les diffuseurs de fausses nouvelles utilisent une puissante manipulation pour persuader les lecteurs d’acheter certains produits ou de devenir des partisans de certaines théories du complot. Ces textes se caractérisent par des traits de langage et d’usage de la langue que n’ont pas les articles ou les nouvelles décrivant des résultats scientifiques réels. Par exemple, les fausses nouvelles se caractérisent par l’utilisation excessive d’impératifs, de verbes de fait, ou par l’accent mis sur des expressions induisant la peur – a énuméré le professeur de linguistique.

L’Académie hongroise des sciences (MTA) a lancé trois grands programmes nationaux de recherche. L’un d’eux est le programme national « Science pour la langue hongroise », qui comprend un sous-programme portant sur l’identification linguistique des fausses nouvelles et des opinions pseudo-scientifiques.

Le consortium qui met en œuvre le projet est géré par l’université de Szeged. Des chercheurs en linguistique et des informaticiens des universités de Szeged et de Debrecen participent aux travaux. Les experts se concentrent sur les fausses nouvelles qui se répandent sur l’internet, y compris celles liées aux soins de santé. Outre le vocabulaire des textes, ils examinent également les outils grammaticaux et pragmatiques.

Outre les fondements théoriques scientifiques du concept de ffausses nouvelles, leur objectif est de développer une procédure humaine de reconnaissance des fausses nouvelles. En outre, des outils automatiques sont en cours de développement, tels qu’une application pour téléphone mobile et une extension de navigateur, qui détecteront les éléments qui caractérisent les fausses nouvelles dans les textes vérifiés. La description manipulatrice du produit révélée par les méthodes linguistiques est suivie d’un contrôle sanitaire professionnel. Il en résulte une procédure convaincante, une possibilité d’utilisation pratique, dont l’application peut même sauver des vies – a souligné l’académicien.

Partant des fondements théoriques de la science, en passant par l’application à l’innovation, le programme « Identification linguistique des fausses nouvelles, des opinions pseudo-scientifiques » s’étend au soutien duquel le MTA alloue un total de 200 millions de HUF. Le programme national de recherche linguistique de l’académie a débuté le 1er décembre de l’année dernière et se terminera le 30 novembre 2026, précise l’annonce.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *