Nio va installer une usine en Hongrie pour produire ses stations d’échange de batterie

National

Nio reste encore timide dans son développement européen, mais le constructeur chinois compte pousser les feux dans les mois à venir. Symbole de cette expansion, le développement du réseau de stations d’échange de batterie. Au contraire des voitures, elles seront produites en Europe.

Entre la bonne tenue de leur marché local, la crise des composants et la hausse des coûts de transport, les constructeurs chinois restent encore prudents dans leur avancée en Europe. C’est le cas de Nio qui procède pas à pas avec des volumes limités. Mais l’ambition est bien là sur le long terme et les choses devraient accélérer en 2023. Cela se traduira forcément par le développement du réseau de stations d’échange de batterie. Un réseau qui est la clé de voute de son développement, à l’instar du réseau de Supercharger pour Tesla. Pour l’heure, le réseau européen ne compte qu’une seule station à Oslo.

Pour soutenir ce développement, Nio vient de confirmer l’implantation d’une usine en Hongrie. Elle sera chargée de produire les stations d’échange, mais aussi des chargeurs rapides. On l’oublie trop souvent, Nio possède aussi son propre réseau de charge et produit ses bornes ainsi que les Wallbox qu’il propose à ses clients.

Ainsi, les composants du réseau de charge et d’échange de Nio seront produits en Europe. Mais pas les véhicules qui restent importés de Chine. Pour le moment, puisque le sujet d’une production locale a déjà été évoqué et n’est sans doute pas abandonné.

 

 

automobile-propre

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *