La Hongrie bloque l’embargo total sur le pétrole contre la Russie

Europe National

La Commission européenne, dirigée par sa présidente Ursula von der Leyen, a proposé ce compromis compte tenu du précédent blocus de Budapest peu avant le sommet sur la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Le chef du gouvernement hongrois de droite, Viktor Orban, s’en est félicité, mais a formulé de nouvelles exigences.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a exprimé son incompréhension face à l’approche hésitante de l’UE face au nouveau paquet de sanctions. “Pourquoi la Russie peut-elle encore gagner près d’un milliard d’euros par jour en vendant de l’énergie ?”, a demandé Zelenskyy, qui était connecté par vidéo.

Le chancelier Olaf Scholz (SPD) a déclaré à propos des derniers développements : « Tout ce que j’entends sonne comme s’il pouvait y avoir un consensus. Dans le même temps, il a précisé que l’Allemagne, comme la Pologne, ne souhaitait pas bénéficier de l’exception pour le pétrole par oléoduc. Le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, et d’autres participants au sommet étaient également optimistes quant à la possibilité de parvenir à un compromis après des semaines de différends. Selon le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, malgré l’exemption, l’embargo contribuerait à réduire les ventes de pétrole russe à l’UE d’environ 90 %.

Le Premier ministre hongrois Orban a décrit la proposition de compromis comme une bonne approche – mais a en même temps réitéré ses exigences. Il a exigé des garanties si, par exemple, le pétrole par oléoduc ne pouvait plus être livré à son pays en raison d’un accident. Ensuite, la Hongrie doit avoir le droit d’obtenir du pétrole par voie maritime. De plus, la Hongrie a exigé des engagements financiers pour la reconversion de ses infrastructures pétrolières. Le gouvernement de Budapest a estimé le coût de la conversion des raffineries au pétrole non russe à 550 millions d’euros. De plus, 200 millions devraient être investis afin d’approvisionner le pays à l’avenir via un pipeline qui commence sur la côte Adriatique.

Outre la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque pourraient également bénéficier de l’exception. Outre l’Allemagne et la Pologne, ce sont les deux autres pays de l’UE qui sont encore attachés à la ligne Druzhba. La proposition initiale de la Commission était d’arrêter complètement les importations de pétrole brut russe en six mois et de produits pétroliers en huit mois à cause de la guerre en Ukraine. Seules la Hongrie et la Slovaquie devraient se voir accorder 20 mois.

Lors du sommet, les chefs d’État et de gouvernement des États de l’Est de l’UE ont notamment appelé à parvenir le plus rapidement possible à un accord final. Ils ont évoqué l’importance des sanctions pour l’Ukraine. « Tant que l’Ukraine n’a pas gagné cette guerre, nous n’en avons pas fait assez », a prévenu le Premier ministre estonien Kaja Kallas. Le Premier ministre letton Krisjanis Karins a déclaré que l’objectif était d’isoler l’économie russe et de rendre encore plus difficile pour la Russie le financement de sa machine de guerre.

L’accord sur l’embargo pétrolier est également pertinent car il fait partie d’un ensemble de sanctions qui a également été suspendu pendant des semaines en raison du blocus en Hongrie. Outre l’embargo pétrolier, il prévoit également l’exclusion de la plus grande banque russe, Sberbank, du réseau de communication financière Swift. En outre, la chaîne d’information de la télévision publique russe Russia 24 (Rossiya 24) et les radiodiffuseurs publics RTR Planeta et TV Center doivent être interdits dans l’UE. Idéalement, la décision formelle de sanction pourrait être prise en quelques jours. Elle doit être prise par procédure écrite ou en Conseil des ministres.

Les sujets du sommet de l’UE, qui dure jusqu’à ce mardi, sont des mesures contre les prix très élevés de l’énergie, un soutien supplémentaire à l’Ukraine et la coopération de l’UE dans le domaine de la sécurité et de la défense. Après le discours de Zelenskyj, le président du Conseil de l’UE Michel a annoncé que l’UE continuerait à renforcer les capacités de défense de l’Ukraine et à aider à la reconstruction. De plus, le Belge a fait miroiter de nouveaux fonds pour maintenir la solvabilité du pays.

 

 

news.dayfr.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *