Papouasie Nouvelle-Guinée. Un séisme de magnitude 7,6 fait au moins 5 morts et nombreux dégats

Global

Un séisme de magnitude 7,6 a été enregistré en Papouasie Nouvelle-Guinée ce dimanche 11 septembre 2022. Au moins cinq morts et de nombreux blessés sont à déplorer. Après avoir émis une alerte au tsunami dans un premier temps, l’Institut américain d’études géologiques l’a finalement levée.

Un séisme de magnitude 7,6 a frappé l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée ce dimanche 11 septembre 2022, provoquant des dégâts sur des bâtiments près de la ville de Madang et dans l’intérieur du pays, selon des habitants. Les autorités font état de cinq morts au moins et de nombreux blessés.

Une alerte au tsunami finalement levée

L’Institut américain d’études géologiques (USGS), qui avait initialement émis une alerte au tsunami, l’a rapidement levée. L’USGS a toutefois signalé qu’il pourrait y avoir « des fluctuations mineures du niveau de la mer dans certaines zones côtières ».

Des habitants de Madang ont dit à l’AFP avoir ressenti de « très fortes secousses », affirmant que des bâtiments avaient été endommagés.

Le tremblement de terre s’est produit à une profondeur de 61 kilomètres, à environ 67 kilomètres de la ville de Kainantu, a indiqué l’USGS.

Une zone d’activité sismique importante

La Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui comprend la partie orientale de l’île de Nouvelle-Guinée et de nombreuses autres îles, se trouve sur la « ceinture de feu du Pacifique », qui est un point chaud pour l’activité sismique en raison de la friction entre les plaques tectoniques.

En février 2018, un séisme de magnitude 7,5 avait frappé la région accidentée des hauts plateaux du pays, déclenchant des glissements de terrain, enterrant des maisons et tuant au moins 125 personnes.

Samedi, une série de secousses sismiques avait frappé la province indonésienne de Papouasie, située sur la partie occidentiale de l’île de Nouvelle-Guinée, sans faire de victimes ou dégâts.

En 2004, un séisme de magnitude 9,1 en Indonésie avait déclenché un tsunami qui avait fait 220 000 morts dans la région, dont environ 170 000 en Indonésie.

 

 

ouest-france

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *