Turquie. Renforcement aux frontières pour bloquer tout afflux de migrants afghans

Global

La Turquie estime avoir atteint ses capacités d’accueil de migrants tentant de fuir le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan. Les autorités ont donc décidé de fermer les frontières et demandent à l’Europe de prendre le relais.

Les Afghans qui parviennent à effectuer le périple, long de plusieurs semaines, pour rejoindre à pied la Turquie via l’Iran font désormais face à un mur haut de trois mètres et des fils barbelés, alors que les autorités turques ont renforcé les mesures destinées à éviter un afflux de migrants dans le pays.

Ankara a entrepris le renforcement de sa frontière alors que les insurgés talibans accentuaient leur offensive à travers l’Afghanistan, où ils ont pris le contrôle dimanche dernier de la capitale Kaboul.

La Turquie, qui a accueilli plus de quatre millions de réfugiés venus de Syrie à la suite de la précédente crise migratoire et fait office d’étape pour de nombreux migrants désireux de rejoindre l’Europe, prévoit de poursuivre d’ici la fin de l’année l’installation d’un mur frontalier commencée en

2017.

Appel lancé aux Européens

Des patrouilles de sécurité et d’autres mesures sont en place le long des 560 kilomètres de la frontière. « Nous voulons montrer au monde entier que nos frontières sont infranchissables », a déclaré à Reuters le gouverneur de la province de Van, dans l’est du pays. « Notre plus grand espoir est qu’il n’y ait pas de vague de migrants venus d’Afghanistan », a ajouté Mehmet Emin Bilmez au cours du week-end.

Selon les autorités, quelque 182 000 migrants afghans se trouvent légalement en Turquie, et quelque 120 000 autres seraient entrés illégalement dans le pays, d’après des estimations.

Le président Recep Tayyip Erdogan a exhorté les pays européens à assumer leurs responsabilités face à d’éventuels afflux de migrants, déclarant que son pays ne deviendrait pas l’« entrepôt de migrants de l’Europe ».

Comme la Turquie, la Grèce a renforcé sa frontière en érigeant 40 kilomètres de barrière et un système de surveillance pour stopper les migrants qui parviendraient à échapper au contrôle des autorités turques pour entrer dans l’Union européenne.

 

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *