Origine du Covid-19 : la Chine dénonce « l’arrogance » de l’OMS

Global
Coronavirus

La Chine a dénoncé « l’arrogance » de l’OMS qui a demandé à poursuivre sur son sol l’enquête sur les origines du Covid-19, ce jeudi 22 juillet. Pékin a également affirmé que la théorie d’une fuite de laboratoire était fausse.

« Arrogance » et « manque de respect ». En termes vifs, la Chine a critiqué jeudi 22 juillet la demande de l’OMS de poursuivre sur son sol l’enquête sur les origines du Covid-19, et démenti une nouvelle fois la théorie d’une fuite de laboratoire.

Les premiers malades du coronavirus ont été identifiés fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan. Le virus s’est depuis répandu à la surface du globe, faisant plus de 4 millions de victimes à ce jour.

Les scientifiques peinent toujours à en retracer l’origine

Plus d’un an et demi après le début de la pandémie, les scientifiques peinent toujours à en retracer l’origine et le sujet est devenu un énième point de contentieux dans les relations déjà bien tendues entre la Chine et les États-Unis.

La Chine a révélé le 31 décembre 2019 à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’existence d’un foyer de pneumonie virale inconnue sur son sol.

Mais Pékin n’admet pas pour autant que le coronavirus soit d’origine chinoise et a même laissé entendre qu’il aurait pu être importé dans le pays.

Le régime du président Xi Jinping combat aussi farouchement la théorie selon laquelle le Covid-19 aurait pu s’échapper d’un de ses laboratoires, en particulier de ceux de l’Institut de virologie de Wuhan, pointé du doigt par l’ex-administration Trump (2017-2021).

Longtemps balayée d’un revers de la main par la plupart des experts, cette hypothèse revient cependant en force ces derniers mois.

Un audit de laboratoires demandé par le chef de l’OMS

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lui-même demandé la semaine dernière un audit des laboratoires dans les régions où les premiers cas de coronavirus ont été identifiés — une référence à Wuhan.

Jeudi, Pékin a fustigé cette proposition et s’est dit « extrêmement surpris ».

Elle révèle un « manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science », a estimé devant la presse le vice-ministre chinois de la Santé, Zeng Yixin.

M. Zeng a par ailleurs récusé la théorie de la fuite de laboratoire, qualifiée de « rumeur ».

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *