L’histoire du bonbon de Noël préféré des Hongrois – Szaloncukor

Gastro National

Selon les statistiques de 2021, les Hongrois grignotent environ 3 500 szaloncukor par an pendant la période des fêtes. Mais en quoi consiste exactement cette friandise dont la plupart des étrangers n’ont jamais entendu parler ? Découvrez l’histoire du szaloncukor, le bonbon de Noël le plus apprécié du pays.


Une origine française méconnue

La tradition de suspendre des szaloncukor aux arbres de Noël remonte aussi loin que la décoration des arbres dans les maisons hongroises pendant les fêtes, à la veille du XIXe siècle. Même si, après une si longue période, il devrait être légitimement considéré comme un produit hongrois, le premier szaloncukor a en fait été consommé en France. Selon la légende, le premier fabricant de ce délicieux bonbon était un confiseur français appelé Pappilot, qui tenait une confiserie à Lyon. Un jour, il a surpris son assistante en train de voler une friandise enrobée de chocolat sur le comptoir, qu’il a ensuite enveloppée dans une lettre d’amour et envoyée comme petit cadeau à une jeune femme dont il était éperdument amoureux. Alors qu’il menaçait de renvoyer son apprenti amoureux, Pappilot fut soudain frappé par une idée merveilleuse. Il s’est rendu compte que les bonbons colorés et emballés feraient un excellent ajout à la sélection de ses offres sucrées. C’est ainsi qu’il a lancé les désormais célèbres Papillotes de Lyon, qui peuvent être considérées comme les prédécesseurs des szaloncukor.

Source: wikipedia.com

Le délice préféré des aristocrates hongrois

Le szaloncukor est arrivé en terre hongroise par l’intermédiaire de pâtissiers allemands à l’aube du XIXe siècle, mais il n’a pas connu la gloire immédiatement. La première référence écrite à ces bonbons festifs a été faite quelques décennies plus tard par le romancier et révolutionnaire hongrois Mór Jókai qui l’appelait encore szalonczukkerli d’après son équivalent allemand. Par la suite, la popularité du szaloncukor s’est répandue comme une traînée de poudre parmi les nobles de l’époque qui s’enorgueillissaient de décorer leurs maisons avec ce délice exquis. Le nom « szalon » proviendrait du fait que les aristocrates offraient le szaloncukor en guise de cadeau de bienvenue à leurs invités dans leurs salons. À la fin du siècle, le szaloncukor a conquis toutes les couches de la société. Les ménagères, par exemple, pouvaient essayer 17 recettes différentes publiées en 1893 dans le livre de cuisine du célèbre confiseur József Hegyesi.

Source: fortepan.hu – 8942

Le szaloncukor des temps modernes

La confiserie de Noël tant appréciée par la nation a connu une période difficile pendant les guerres mondiales, car la plupart des gens ne pouvaient même pas s’offrir les produits de première nécessité, sans parler des friandises de luxe. Pendant ces années difficiles, les arbres de Noël étaient principalement ornés de fruits secs ou de biscuits au miel. Cependant, la saveur ancienne et familière manquait aux gens, et alors que le pays se remettait lentement sur ses pieds, le szaloncukor est également réapparu dans les foyers hongrois. Alors que dans les foyers les plus modestes, le szaloncukor était encore fabriqué à la main, la production commerciale de masse a connu un essor au milieu du siècle dernier. Dans les années 80, les confiseries et les supermarchés proposaient une cavalcade de saveurs différentes emballées dans des papiers brillants et festifs. Aujourd’hui, des données non officielles dénombrent plus de 150 saveurs différentes, allant des classiques intemporels comme la gelée de fruits et la noisette à des garnitures exclusives comme le paprika pimenté ou la pálinka de prune (eau-de-vie de fruits traditionnelle hongroise). Que vous viviez à l’étranger (auquel cas vous trouverez de nombreux détaillants en ligne) ou en Hongrie, offrez-vous une boîte ou deux pendant les fêtes de fin d’année pour donner un petit air de fête à votre sapin de Noël.

Source: facebook.com/sulyan.cukraszda

 

– Eleonora Jobst –

photo: page Facebook Ötletek-karácsonyra 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *