Sécurité routière: La Commission propose une mise à jour des exigences en matière de permis de conduire et un meilleur contrôle de l’exécution transfrontière des règles de circulation routière

Europe

La Commission a présenté aujourd’hui des propositions visant à moderniser les règles en matière de permis de conduire, prévoyant notamment l’introduction d’un permis de conduire numérique valable dans toute l’UE, et de nouvelles dispositions visant à simplifier le contrôle de l’exécution des règles de circulation par-delà les frontières. L’année dernière, plus de 20 000 personnes ont perdu la vie sur les routes de l’UE, et la majorité des victimes étaient des piétons, des cyclistes et des utilisateurs de trottinettes et motos.

Les nouvelles règles amélioreront la sécurité pour tous les usagers de la route et aideront l’UE à atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé dans le cadre de l’approche «Vision zéro», à savoir zéro tué sur les routes de l’UE d’ici à 2050. Ces règles prépareront mieux les conducteurs à l’utilisation de véhicules à émission nulle et à la conduite sur les routes urbaines, sur lesquelles évoluent un nombre croissant de vélos et autres deux-roues et de nombreux piétons. Elles permettront également aux jeunes conducteurs d’acquérir de l’expérience grâce à un régime de conduite accompagnée — dès l’âge de 17 ans, les jeunes pourront apprendre à conduire et obtenir leur permis. Les jeunes réussissant leur examen de conduite à 17 ans seront en mesure de conduire seuls à partir de leur 18e anniversaire et de travailler comme chauffeur professionnel dès qu’un emploi donné le leur permettra. Cela contribuera à remédier à la pénurie actuelle de chauffeurs routiers.

 

Modernisation des règles en matière de permis de conduire afin de rendre les routes plus sûres et de simplifier la vie quotidienne

La proposition relative aux permis de conduire modifie la législation de l’UE existante et s’inspire des bonnes pratiques déjà en vigueur dans plusieurs États membres.

L’un des principaux objectifs des nouvelles règles sera d’améliorer la sécurité routière, grâce à des mesures telles que:

  • une période probatoire d’au moins deux ans après la réussite de l’examen de conduite pour les conducteurs débutants, et une règle de tolérance zéro à l’égard de la conduite en état d’ivresse. Il s’agit d’un élément essentiel, car même si les jeunes conducteurs ne représentent que 8 % de l’ensemble des conducteurs de voitures, deux collisions mortelles sur cinq impliquent un conducteur (automobiliste, cycliste ou motocycliste) âgé de moins de 30 ans.
  • le fait de permettre aux jeunes de passer leur examen de conduite et de commencer à conduire des voitures et des camions à partir de l’âge de 17 ans, pour autant qu’ils soient accompagnés, afin d’acquérir l’expérience de la conduite.
  • l’adaptation de la formation à la conduite et des examens en la matière afin de mieux préparer les conducteurs à la présence d’usagers vulnérables sur la route. Cela contribuera à améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes, ainsi que des utilisateurs de vélos et trottinettes électriques, à mesure que l’UE se tourne vers une mobilité urbaine plus durable.
  • une évaluation plus ciblée de l’aptitude médicale, qui tienne compte des progrès accomplis dans le traitement médical de maladies telles que le diabète. Les conducteurs seront également encouragés à mettre à jour leurs compétences et connaissances en matière de conduite afin de s’adapter aux progrès technologiques.

Pour simplifier la reconnaissance des permis de conduire entre États membres, la Commission propose d’instaurer un permis de conduire numérique, ce qui constitue une première mondiale. Il sera beaucoup plus facile de remplacer, de renouveler ou d’échanger un permis de conduire, étant donné que toutes les procédures se feront en ligne. Dans le même ordre d’idées, il sera également plus simple pour les citoyens de pays tiers appliquant des normes de sécurité routière comparables d’échanger leur permis de conduire contre un permis de conduire de l’UE.

Les règles actualisées concernant les examens tiendront compte de la transition vers des véhicules à émission nulle. Elles évalueront, par exemple, les connaissances et compétences liées aux systèmes avancés d’aide à la conduite et à d’autres technologies automatisées. Les conducteurs débutants devront également apprendre comment leur mode de conduite a une incidence sur leurs émissions — par exemple, le moment où ils changent de vitesse. Enfin, la masse autorisée des véhicules de catégorie «B» sera ajustée pour les véhicules fonctionnant avec des carburants alternatifs, étant donné que les véhicules à émission nulle dotés d’une batterie peuvent être plus lourds.

 

Contrôle effectif de l’exécution transfrontière des règles en matière de sécurité routière 

Les dispositions actuelles de l’UE relatives au contrôle de l’exécution transfrontière ont contribué à faire en sorte que les auteurs non résidents d’infractions aux règles de circulation routière puissent être retrouvés. Toutefois, en 2019, environ 40 % des infractions transfrontières ont été commises en toute impunité, soit parce que l’auteur de l’infraction n’avait pas été identifié, soit parce que le paiement n’avait pas été exécuté.

Les propositions présentées aujourd’hui visent à remédier à ce problème en permettant aux autorités répressives d’accéder aux registres nationaux des permis de conduire. La Commission propose aussi de renforcer le rôle des points de contact nationaux déjà mis en place afin d’améliorer leur coopération avec les autorités répressives jouant un rôle dans les enquêtes sur les infractions. Cela permettra de remédier aux lacunes actuelles concernant la coopération entre les États membres lors des enquêtes sur les infractions.

En outre, la législation actuelle couvre certaines des infractions les plus fréquentes et les plus flagrantes, comme l’excès de vitesse et la conduite en état d’ivresse. La Commission propose d’étendre le champ d’application des infractions routières couvertes aux infractions suivantes:

  • non-respect d’une distance suffisante par rapport au véhicule qui précède
  • dépassement dangereux;
  • stationnement dangereux;
  • franchissement d’une ou de plusieurs lignes blanches continues;
  • circulation en sens interdit;
  • non-respect des règles relatives à l’utilisation de voies de secours d’urgence;
  • utilisation d’un véhicule en surcharge.

Ces ajouts contribueront à réduire l’impunité des auteurs de ces infractions et à améliorer la capacité des États membres à sanctionner les contrevenants originaires d’autres États membres. Ils garantiront également l’égalité de traitement entre les contrevenants résidents et les contrevenants non-résidents.

Les législations mises à jour garantiront le respect des droits des personnes accusées d’infractions routières. Les non-résidents conservent le droit à un recours effectif et à accéder à un tribunal impartial, le droit à la présomption d’innocence et leurs droits de la défenseCes droits seront mieux garantis grâce à des dispositions assurant un contenu unifié et la délivrance d’avis de sanction, en veillant à ce que les destinataires de ces avis aient la possibilité de vérifier leur authenticité, et en faisant du partage d’informations avec les auteurs présumés d’infractions une obligation standard.

Un portail informatique spécifique permettra aux citoyens d’accéder facilement aux informations sur les règles en matière de sécurité routière en vigueur dans chaque État membre et, par la suite, de payer directement les éventuelles amendes qui leur auraient été infligées.

Les dispositions seront également alignées sur les règles de l’UE relatives à la protection des données à caractère personnel (RGPD et directive en matière de protection des données dans le domaine répressif).

 

Décisions de déchéances du droit de conduire ayant un effet à l’échelle de l’UE: mettre un terme à l’impunité en cas d’infractions graves

Afin d’empêcher l’impunité des auteurs d’infractions routières, un nouveau système sera mis en place, permettant aux décisions de déchéance du droit de conduire d’avoir un effet à l’échelle de l’UE lorsqu’un État membre décide de déchoir un conducteur de son droit de conduire en raison d’une infraction commise sur son territoire.

Il est fondamental pour la sécurité routière d’amener les auteurs d’infractions routières à répondre de leurs actes dans tous les États membres. Or, au titre des règles actuelles, lorsqu’une infraction grave entraîne une déchéance du droit de conduire, celle-ci ne peut être appliquée à l’échelle de l’UE si le conducteur a commis l’infraction dans un État membre autre que celui qui a délivré son permis de conduire.

La proposition présentée aujourd’hui couvre les infractions graves au code de la route, comme les excès de vitesse, la conduite sous l’influence de l’alcool ou l’emprise de stupéfiants, et le fait de causer la mort ou des dommages corporels graves à la suite d’une infraction routière. 

 

Prochaines étapes 

Les propositions vont maintenant être examinées par le Parlement européen et le Conseil dans le cadre de la procédure législative ordinaire.

Contexte 

Dans son cadre politique de l’UE en matière de sécurité routière pour la décennie d’action 2021‑2030, la Commission a réaffirmé son objectif ambitieux consistant à atteindre pratiquement zéro décès et zéro blessé grave sur les routes de l’UE d’ici à 2050 («Vision zéro») et à réduire de 50 % le nombre de décès et de blessés graves d’ici à 2030. Les propositions présentées aujourd’hui contribueront à la réalisation de ces objectifs et ont été annoncées dans la stratégie de mobilité durable et intelligente de la Commission de 2020.

La semaine dernière, la Commission a publié les chiffres les plus récents en matière de sécurité routière, qui montrent que le nombre de décès demeure inférieur au niveau d’avant la pandémie, mais que les progrès restent trop lents.

La Commission met actuellement en œuvre une approche dite du «système sûr» pour ce qui est de la conduite au niveau de l’UE. Ce «système sûr» exige une conduite sûre, des véhicules plus sûrs, des infrastructures plus sûres, des vitesses plus faibles et de meilleurs soins après un accident.

 

 

 

ec.europa.eu

pixabay

Propriétés Iris

Debrecen, Rákóczi utca

63 m2 appartement a louer
300 000 Ft

Debrecen, Piac utca

36 m2 appartement a louer
210 000 Ft

Felsőzsolca

12 160 m2 industriel à vendre
3 000 000 000 Ft

Berettyóújfalu, Bessenyei Lakótelep

50 m2 appartement a louer
130 000 Ft

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *