Le certificat covid de l’UE ciblé par les criminels

Europe
Coronavirus

A peine lancé et déjà contrefait. Les organisations criminelles n’ont pas attendu une semaine pour proposer de faux certificats covid numériques.

La police italienne a démantelé 10 réseaux sur la messagerie cryptée Telegram. Ils étaient liés à des comptes anonymes sur le dark web qui permettaient d’entrer en contact avec des vendeurs qui exigeaient alors des paiements en crypto-monnaie. Les criminels proposaient de faux documents et de faux vaccins. « Ce qui était ironique dans ces offres c’est qu’elles proposaient ces faux certificats et ces faux vaccins et qu’ils étaient valables non seulement en Europe mais aussi dans d’autres pays comme la Suisse, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, parfois des pays lointains« , explique Gian Luca Berruti chef de l’unité cyber-fraude de la police fiscale de Milan.

Les prix étaient compris entre 100 et 150 euros en fonction du forfait. L’offre la plus chère comprenait le faux document et une dose de vaccin contrefait. Près de 250 000 utilisateurs se sont signalés. Certains de ces acheteurs résidaient hors de l’Union européenne.

Europol, l’agence européenne de coopération policière, souligne qu’au cours de la pandémie les criminels ont fait preuve d’une forte capacité d’adaptation. De faux certificats de test covid ont ainsi circulé. Europol apporte donc son soutien aux services de police à travers l’Union pour lutter contre les crimes liés au covid-19. Selon l’établissement européen l’accès à grande échelle de produits technologiques comme des imprimantes de pointe ou certains logiciels permet aux malfaiteurs de fournir de faux documents très proches des originaux.

 

fr.euronews.com

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *