Italie. Il recrute sur le dark web pour mutiler et défigurer son ex-fiancée

Europe

En Italie, la police a arrêté un homme qui projetait de recruter sur le dark web un homme de main devant mutiler et défigurer son ex-fiancée, a-t-elle annoncé ce mercredi 7 avril.

La police italienne a annoncé mercredi 7 avril avoir déjoué un plan « cauchemardesque » en arrêtant un homme qui voulait que son ex-fiancée soit estropiée et défigurée à l’acide par un homme de main engagé sur le dark web.

La police a qualifié ce plan de « film à suspense contemporain » et a précisé que c’était « la première fois » qu’elle parvenait à empêcher un crime de ce genre planifié sur Internet.

Il avait planifié l’agression « dans les moindres détails »

L’homme, un expert en informatique d’une quarantaine d’années et travaillant pour une grande entreprise, a été assigné à résidence et inculpé de tentative de lésions corporelles graves et de harcèlement.

Planifiant l’agression « dans les moindres détails », il voulait que son ancienne petite amie soit rendue infirme, contrainte à un fauteuil roulant, et avait accepté pour cela de verser à l’homme de main une « somme considérable en bitcoins », a indiqué la police, versant déjà un acompte.

Selon l’agence de presse AGI, qui cite des documents judiciaires, l’homme de main aurait dû recevoir au total près de 10 000 €. Il aurait dû lui jeter l’acide au visage mais sans toucher les yeux et le tout aurait dû ressembler à un cambriolage, selon la même source.

Une enquête commencée en février

La police italienne a précisé avoir commencé à enquêter en février, après avoir été alertée via Interpol par des collègues d’un autre pays européen qui avaient détecté des conversations suspectes sur le dark web.

Ces dernières années, l’Italie a connu plusieurs cas très médiatisés de violence contre les femmes, notamment des attaques à l’acide et des meurtres commis par des hommes visant leur partenaire ou leur ex-partenaire.

L’Institut national des statistiques (Istat), citant les derniers chiffres disponibles, de 2019, indique que sur 111 femmes assassinées cette année-là, 55 ont été tuées par leur mari ou compagnon et 13 par un ex.

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *