Un projet de cloud souverain européen, mais pour quoi faire ?

Europe

Les entreprises européennes ne peuvent passer à côté du cloud et de la richesse qu’apporte l’échange de données… pourvu qu’elles restent entre de bonnes mains. C’est la conviction d’Hubert Tardieu, président de Gaia-X, le projet de cloud européen.

Utiliser le cloud, c’est améliorer l’efficacité de tous , martèle Hubert Tardieu, président de Gaia-X, le projet de cloud souverain européen. Si Bosch et BMW ne mettent pas leurs données en commun, il leur faut six mois pour comprendre l’origine d’une panne, au lieu de quelques jours, assure l’ancien conseiller de Thierry Breton, lorsque l’actuel commissaire européen dirigeait Atos. Airbus, quant à lui, a abaissé de 30 % le coût de maintenance de ses avions en exploitant les données de vol que les compagnies aériennes ont accepté de mutualiser.

 

Les entreprises européennes dans les bras des Gafam

Pourtant, déplore-t-il alors que 50 % des entreprises américaines ont migré vers le cloud, ce n’est le cas que de 21 % des entreprises françaises ou allemandes. Le taux est encore plus faible dans le sud de l’Europe ». Et celles qui ont franchi le pas sont tombées dans les bras d’Amazon, Microsoft, Google et IBM qui tiennent 75 % du marché européen.

Le ministre allemand de l’industrie Peter Altmeier a bien vu le danger lorsqu’il a vu ses constructeurs automobiles confier les uns après les autres toutes leurs données aux fournisseurs américains. Il était impensable de laisser les données de leurs usines ultramodernes et de tout leur savoir-faire industriel risquer d’être mal utilisées, voire pillées.

Si le cloud est un élément incontournable de développement de l’industrie européenne , assure Hubert Tardieu, encore faut-il que les données soient partagées en toute confiance et qu’elles soient transférables d’un fournisseur à un autre.

 

Créer et surtout, convaincre les entreprises

L’Europe a déjà su imposer, en 2014 et 2016, que les données européennes soient hébergées dans des data centers situés en Europe. Mais il faut aller plus loin : offrir aux entreprises européennes un cloud sécurisé et dont elles ne soient pas prisonnières, quels que soient les data centers utilisés. C’est tout l’enjeu de Gaia-X .

Pour créer ce cloud souverain, les capitaux ne manquent pas, grâce au volet numérique du plan de relance européen . Il faut maintenant passer à la réalisation et convaincre car  les entreprises doivent migrer vers Gaia-X .

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *