La baguette française candidate pour le patrimoine de l’Unesco

Culture Europe

La baguette, symbole de la vie quotidienne des Français, est candidate à l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

La France a choisi de présenter la candidature de la baguette de pain à l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, de préférence aux toits de zinc de Paris et à une fête vinicole en Arbois, a indiqué ce vendredi 26 mars le ministère de la Culture.

Le ministère avait jusqu’au 31 mars pour déposer son dossier. La décision finale appartiendra à l’Unesco qui ne se prononcera pas avant l’automne 2022.

La Rue de Valois a ainsi confirmé à l’AFP une information du Parisien , qui indiquait que la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait effectué son choix.

« La baguette, c’est un produit noble et faussement simple, il faut des années, à partir de quelques ingrédients, pour trouver sa signature… sa patte ! Ce produit nous réunit et c’est à ce titre que je l’ai choisi », a déclaré au quotidien Roselyne Bachelot, actuellement hospitalisée pour cause de Covid-19.

La baguette immortalisée par des films et des publicités

La baguette, symbole de la vie quotidienne des Français, immortalisée par des films et des publicités, est une appellation apparue au début du XXe siècle à Paris.

La candidature des toits de zinc, qui recouvrent une majorité des immeubles de la capitale, avait déjà été retenue dans la dernière sélection, mais elle avait perdu face à celle de la yole (une embarcation) de la Martinique.

Était également en lice le Biou d’Arbois, une fête du Jura, à l’origine médiévale et religieuse, qui a été transformée en fête républicaine et est célébrée début septembre.

Près d’une centaine de dossiers dans le monde obtiennent chaque année le label de l’inscription au patrimoine des biens immatériels.

Pour concourir au prestigieux label, le candidat doit être d’abord inscrit à l’inventaire national, comme le sont des centaines de savoir-faire et de biens en France. Dans une deuxième étape, il doit être jugé apte à être présenté à l’Unesco, sur avis consultatif du Comité du patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI).

Pour retenir une candidature, le projet doit fédérer une communauté concernée, ce qui était le cas aussi bien pour les boulangers que pour les couvreurs-zingueurs.

 

ouest-france.fr

pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *